TROIS OEUVRES

CHOPIN : 24 PRÉLUDES OP. 28, SCHUMANN : KREISLERIANA OP. 16, LISZT : SONATE EN SI MINEUR. TROIS OEUVRES MAJEURES DU ROMANTISME : ÉVOLUTION DE L’INTERPRÉTATION DEPUIS LES DÉBUTS DE L’ENREGISTREMENT.

Jean-François Antonioli, HEMU VD (responsable de projet)
Christian Favre, HEMU VD
Pascal Godart, HEMU VD
Jean-Jacques Eigeldinger, professeur honoraire Université de Genève

01.2015 - 12.2016

Financement : fonds stratégique HES-SO

Le projet se propose, sur la base d’une sélection d’enregistrements depuis les tout premiers jusqu’à nos jours, d’observer la physionomie évolutive de trois œuvres pour piano du romantisme - les 24 Préludes op. 28 de Chopin, les Kreisleriana op. 16 de Schumann et la Sonate en si mineur de Liszt - en les "auscultant" et les analysant, sur la base d’une comparaison raisonnée des interprétations parvenues jusqu’à nous ; d’établir des corrélations entre la notation du compositeur et les choix et intentions des interprètes successifs ; d’être attentif à leur représentation sonore servie par des instruments dont l’esthétique et les propriétés évoluent, tout comme la technologie de captation et de reproduction du son ; de voir dans quelle mesure et quand certaines traditions se sont installées, se sont maintenues ou ont disparu ; d’identifier tant la notion de créativité que celle de fidélité au texte et de rechercher le lien qui peut exister entre ces notions.

NEWSLETTER
Abonnez-vous et recevez nos dernières actualités !