SOLISTES 2022 - MARION AUCHÈRE, CHANT

Issue d’une famille de musiciens, la chanteuse Marion Auchère se destine à la musique dès son plus jeune âge. Un choix pertinent au vu des multiples récompenses déjà reçues.

Avec deux parents musiciens, Marion Auchère a été « biberonnée » à la musique classique et au jazz. « Ma mère a commencé très tôt à m'éveiller à la musique et aux arts de manière générale. Je me suis d'abord tournée vers la danse classique pour exprimer le trop plein d'émotions qui bouillonnait en moi avant d'aller vers le chant. La danse et le chant sont les moyens les plus directs et les plus forts pour exprimer mes émotions puisqu'il n'y a aucun filtre, aucun intermédiaire entre le mouvement ou le son produit et son propre corps. »

Parallèlement à des études de flûte traversière et de danse classique, Marion Auchère intègre les Maîtrises de l'Opéra de Lyon et du Conservatoire de Lyon où elle travaille avec Isabelle Eschenbrenner et Catherine Maerten avant d'entrer en classe de chant au Conservatoire de Grenoble sous la férule de Chrystèle Chauvelon.  « L'élément déterminant dans mon parcours a été le choix que j'ai dû faire entre la danse et le chant. La danse, surtout classique, nécessite une silhouette très particulière… la nature a donc décidé pour moi et j'ai dû me résoudre à ne plus y penser comme une possible issue professionnelle. Je me suis donc investie à fond dans la musique, ce que je n'ai jamais regretté. »

Son diplôme d’études musicales en poche, elle se perfectionne auprès de Cécile Fournier. En 2015, elle entre à l’HEMU dans la classe de Leontina Vaduva auprès de qui elle obtient son Bachelor en 2018 puis son Master d'interprétation en 2020. Elle poursuit ses études en Master de Soliste, avec la même professeure avec laquelle une proximité s’est évidemment crée en six années d’études : « Ma professeure pour m'a enseigné son art avec tant de générosité et de gentillesse. J'ai appris entre autres et grâce à elle, qu’être musicienne, ce n'est pas seulement un travail acharné sur de la technique, et que faire de la musique, c'est aussi se faire du bien. Car c'est aussi par le respect de soi et de son corps que l'on imprime de bonnes habitudes et que des découvertes capitales peuvent être révélées. » Leontina Vaduva se souviendra quant à elle d’une étudiante « déterminée, persévérante, intelligente et inspirée à la personnalité complexe qui est une remarquable artiste. »

Son parcours à l’HEMU, est marqué en effet par de multiples rencontres musicale. « J'ai pu me nourrir et mûrir culturellement et humainement grâce à mes nombreux professeurs mais aussi à mes camarades, par leur savoir et leur expérience. L'HEMU est pour moi un champ d'expérimentation qui m’a permis de tester et doser l'équilibre entre connaissances, audace et créativité. L'étendue des enseignements proposés, et la confiance tacite qui s'est instaurée entre les professionnels et moi, m'a permis de gagner une certaine liberté et de révéler ma personnalité artistique. »

En 2017 Marion obtient la bourse de la Fondation Mosetti puis, en 2018, elle est finaliste du Concours international de chant Georges Enesco dans la catégorie mélodie contemporaine. En 2020, suite à ses deux récitals de fin de Master, elle gagne le prix Dubois Kaiser de l’HEMU, qui récompense l’interprétation de Ravel et de Fauré.

En 2021, elle incarne Berta dans une version réduite du Barbier de Séville de Rossini, et fait sa première prise de rôle à l’Opéra de Lausanne puis au NOF de Fribourg (Suisse) en tant que Fiordiligi dans Così fan tutte de Mozart, dirigé par Jean-François Rivest et mis en scène par Julien Chavaz. Elle obtient également le prix de la Mélodie au 27eConcours international de chant de Mâcon, le Prix Musicarte de la Meilleure Interprétation d’un Air en Français et le Prix de la Voix féminine au 10eConcours International de Belcanto Vincenzo Bellini.

Pour son récital final de Master, Marion a choisi deux œuvres de Händel et Mozart. « J'ai choisi ces œuvres de deux compositeurs que je chéris particulièrement, car c'est un vrai retour aux sources. J'ai commencé à étudier et à aimer le chant par le biais de Händel et de Mozart, et je voudrais boucler cette grande période d'études avec ces compositeurs. C'est un cocon, un hommage, une Madeleine de Proust, si vous voulez. De plus avec un orchestre tel que l'OCL, dont la qualité et la réputation n'est plus à faire dans ce répertoire-là et dont la nomenclature est parfaite pour ces styles, c'est du pain béni ! »


PROGRAMME DE RÉCITAL DE MASTER
G. F. HÄNDEL –  Alcina – Ah, mio core ! Schernito sei
W. A. MOZART – Bella Fiamma, addio ! Resta, oh cara KV. 528

Concert le 8 juin 2022 de 19h à 21h au BCV Concert Hall, Lausanne

Marion Auchère, chant
Orchestre de Chambre de Lausanne
Nicolas Chalvin, direction

À SUIVRE
Facebook
Instagram

Partager la page :

NEWSLETTER
Abonnez-vous et recevez nos dernières actualités !